L’association > Historique > 2012 - Ancestors in Grahamstow

2012 - Ancestors in Grahamstown

Mona Hopshire © Hannah Paton

À propos du projet Ancêtres, Ancestors - Voorvaders - Izinyanya

Albert Dibashé’s story © Hannah Paton

Ancestors - Voorvaders- Izinyanya est un spectacle et une exposition qui reposent sur l’utilisation de marionnettes-sculptures. Présenté pour la première fois lors du National Arts Festival de Grahamstown, il est né d’un atelier participatif. Cette création collective a invité des individus de langues maternelles, d’âges et d’origines variés à réfléchir ensemble à leur généalogie et à leur histoire. Les ancêtres relient en effet chacun avec le groupe, en replaçant chaque individu dans la grande histoire.

Mary May © Hannah Paton

Les conflits du passé ne sont pas esquivés ; au contraire, le groupe a abordé sereinement les antagonismes mémoriels et a désamorcé les rivalités en construisant un récit pluriel. La dimension théâtrale permet en effet de faire coexister des oppositions en laissant au spectateur le soin d’en tirer ses propres conclusions. La mémoire des conflits, des persécutions et des souffrances, mais aussi des bonheurs, est exprimée et résolue par l’expression artistique. Ainsi, au sein des Grandes Personnes cohabitaient déjà les descendants des guerriers africains qui combattirent les colonisateurs européens et les arrière-petits-enfants des soldats qui assiégèrent leurs villes.

Mona Hopshire © Hannah Paton

Le spectacle joué à Grahamstown s’est construit en quinze jours seulement, c’est dire quelle dépense d’énergie et quel bouillonnement créatif il a nécessité. Les participants sud-africains au projet proposé par les Grandes Personnes ont raconté la vie et les pérégrinations d’ancêtres réels ou imaginaires. Les ancêtres ont été disposés sur une chronologie sommaire qui a permis d’établir le plan du spectacle.

Molding © Hannah Paton

Dans le Recreation Hall situé sur Albany Road, en face d’une école et près d’une maison de retraite, les ateliers d’écriture, de sculpture, de mise en scène et de costume ont commencé presque simultanément, comme l’imposait le calendrier très serré.

Ronald Mohapi © Hannah Paton

Nous avons tout d’abord écrit un bref récit biographique à propos de chaque ancêtre ; il racontait un ou deux moments essentiels de sa vie. Certains étaient des hommes et d’autres des femmes, ils étaient hollandais, anglais, sans, khoisans, coloured ou xhosas. Ils parlaient afrikaans, anglais ou xhosa et ces langues ont été conservées durant le spectacle. Les personnages héroïques cohabitaient avec hommes ordinaires. Au cours de l’atelier d’écriture, ces ancêtres variés se sont rencontrés et ont interagi au cours des mêmes scènes, tandis que se mélangeaient mythe et histoire, légende et pure fiction. Certaines des histoires sont tragiques, d’autres comiques.

Sculpting Ancestors © Hannah Paton

L’équipe des Grandes Personnes avait ramené de France quatre marionnettes à titre d’exemples : elles ont trouvé leur place dans le spectacle. En utilisant des tiges d’acier, du papier mâché, des pigments, des étoffes, les participants sud-africains ont construit, sculpté et habillé leurs propres ancêtres. Leur travail tient à la fois de la sculpture, de la poupée et de la marionnette. Le spectacle a été répété puis joué à quatre reprises dans le in du National Arts Festival de Grahamstown ; il a tiré profit des capacités des participants en chant et en chorégraphie.

Partenaires
National Arts Festival Grahamstown
French Season in South Africa
French Institute (IFAS)
French Institute in Johannesburg
Région Île-de-France
Villa Mais d’ici.

Ancestor waiting © Hannah Paton

What the Ancestors-Voorvaders- Izinyanya Project is all about

Ancestors-Voorvaders- Izinyanya is a participatory project, a collective creation that invited a mixed group of individuals to reflect together about their origins and history. Ancestors-Voorvaders connects one person’s destiny with that of the group, by placing an individual within a history. Conflicts of the past are not seen as over or irrelevant ; on the contrary, the group calmly broaches antagonistic memories, cultivating not rivalry where memories are concerned, but a plural narrative in which the memory of conflicts can be expressed and resolved through art. Within Les Grandes Personnes itself, the descendants of African warriors who combatted European colonisers work alongside the great-grandchildren of the soldiers who laid siege to their villages.

Welcome to what has been an absorbing and creative rush (two and a half weeks) about our ancestors ! The South African team taking part in the project imagined by French company les Grandes Personnes told about their imaginary or real ancestors. All the ancestors found a place on a roughly chronological chart, which helped us to build the play.
In the Recreation Hall of Albany Road, writing, sculpting, performing and costume workshops started almost at the same time, as we had only a few weeks to create the show and the exhibition.

Nyaki Tsana © Hannah Paton

We wrote down a short narrative about each ancestor telling one or two important moments of his life. Of course, they are men or women, Dutch, British, Sans, Khoisans, Xhosas. They speak Afrikaans, English or Xhosa. Some of them are heroic figures, and others ordinary people. During the writing workshop, they got to meet each other and interact in the same scenes, as we mixed history, legend and fiction. Some of their stories are tragic ; others are funny. Unfortunately, we also had to let some on them aside, because they didn’t fit the script.
The team from Les Grandes Personnes brought some puppets from France, as examples. Using wire, papier mâché, old bottles, colours, cloths South African artists built the ancestors, sculpted them and dressed them. Their work stands at a crossroad between sculpture and puppet or doll making. Then, directed by Philippe Awat, they performed with the puppets during the rehearsals and five actual shows which were part of the main National Arts Festival in Grahamstown.

Partners
National Arts Festival Grahamstown
French Season in South Africa
French Institute
French Institute in Johannesburg
Région Île-de-France

Lion et Mary © Hannah Paton

The Ancestors-Voorvaders- Izinyanya team

  • Siyabonga Adam
  • Mary Adriaan
  • Philippe Awat
  • Malibongwe Butana
  • Efese Betela
  • Christophe Evette
  • Jean-Baptiste Evette
  • Ntombizanele Frans
  • Sinethemba Fudwana
  • Flor-Marie Fuentes
  • Sivuyile Funze
  • Masixole Heshu
  • Vuyani "Nyish" Hoboshe
  • Mona Hopshire
  • Andiswa Jika
  • Yabako Konate
  • Thembisa Kondile
  • Puleng Leeu
  • Xolani Madinda
  • Ziyanda Makhathini
  • Mercy Manci
  • Sisonke Matiwane
  • Zamuxolo Mgoduka
  • Warren Mills
  • Ronald Mohapi
  • Shirley Moodley
  • Maurizio Moretti
  • Khanyisa Nomoyi
  • Sive Ntshinga
  • Sakhumzi Papy
  • Hannah Patton
  • Thandile Pongolo
  • Malibongwe Radebe
  • Ntombozuko Tinise
  • Peter Tobias
  • Joyce Trompetter
  • Leon Trompetter
  • Nyaki Tsana
  • Nomandla Tyukana
  • Nonelelwa Tyukana



Témoignage :

Being part of the Grandes Personnes project has been an interesting learning curve. As with any associations there are challenges to be overcome. The first was grasping the story as well as the message that will be delivered. Once these worries were put to rest, it was full steam ahead. The construction of the puppets proved to be the best and most intricate part of the production. Working with different materials such as paper mash heightened my appreciation for recycling. Overall, the project was educational in the light that it was thought provoking. We were forced to dig deep into discovering who we are, where we come from so as to determine our futures.

By Miss Khanyisa Nomoyi.

Participer au projet des Grandes Personnes a constitué une manière inédite d’apprendre… Comme lors de toute association, il y a eu des difficultés à résoudre. La première était de comprendre le concept et le message qu’il s’agissait de transmettre. Une fois ces questions délicates réglées, ça a avancé à toute vapeur. La construction des marionnettes a constitué le moment le plus complexe et le plus satisfaisant. Le recours à des matériaux comme le papier mâché a accru mon intérêt pour le recyclage. Dans l’ensemble, le projet était éducatif, parce qu’il stimulait la réflexion. Nous avons été amenés à travailler en profondeur la question de notre identité, de nos origines, ce qui nous aidera à construire nos vies futures.

Miss Khanyisa Nomoyi