L’association > Historique > 2013 - Ancêtres à Aubervilliers

2013 - Ancêtres à Aubervilliers

Jeanne Le Bivic, François, Agatha, Yabako et Benoit - Photo : Sophie Madigand

Jeanne Le Bivic, François, Agatha, Yabako et Benoit - Photo : Sophie Madigand

Imaginé par Christophe Evette en passant au métro Quatre-Chemins, Ancêtres réfléchit aux trajectoires contrastées qui ont conduit nos arrière-grands-parents en Île-de-France depuis les montagnes de la Kabylie, depuis l’Angola, depuis les bosquets de Normandie ou les villages de Bretagne et tant d’autres contrées. Il donne corps à la relation invisible et secrète, mais profonde que nous entretenons avec nos aïeux disparus et rappelle de manière pacifiée des histoires qu’il faut connaître, celles de colonisés et de colonisateurs, des travailleurs et des migrants.
Un premier laboratoire en Afrique du Sud (voir Ancestors sur le site) a prouvé la pertinence du projet pour aborder le sujet des mémoires antagonistes en créant un spectacle et une exposition. Certains des aïeux sud-africains ont depuis voyagé jusqu’en France puisqu’Ancêtres est un projet évolutif qui vise à se faire rencontrer les arrière-grands-parents d’un lieu à l’autre, d’une session à la session suivante.

JPEG - 362.9 ko
Jeanne Le Bivic, François, Agatha, Yabako et Benoit - Photo : Sophie Madigand
Jeanne Le Bivic, François, Agatha, Yabako et Benoit - Photo : Sophie Madigand

Les ateliers d’écriture menés au théâtre de la Commune à Aubervilliers fin 2012 et début 2013 avec des migrants accueillis par l’Association Solidarité Emploi d’Aubervilliers (ASEA) et des résidents du nord de la région parisienne ont abordé des sujets très divers, le mariage, l’enfantement, les amours contrariées, la colonisation, l’exode vers les villes. Et l’on s’est très vite aperçu que les ancêtres choisis ont pour la plupart transgressé à un moment clé de leur vie les normes sociales en vigueur dans leur région, ce qui les a transformés en voyageurs et en fondateurs !
L’atelier de fabrication a sculpté, construit et vêtu Bouzid, agriculteur kabyle au temps de la guerre d’Algérie et Émile, ancien mineur puis chef de train sur le Paris-Lyon-Méditerranée, avant d’être cabaretier au Creusot, Jeanne, goémonière bretonne, et beaucoup d’autres personnages. Le spectacle a été joué sur un parcours dans les parties communes du théâtre puis à la Villa Mais d’Ici. Il y avait même un ancêtre qui ne disait rien, qui ne se souvenait pas, ou ne voulait pas raconter.

Les ateliers de création ont été conduis par :
Fleur Marie FUENTES : costumes, peinture, sculpture et scénographie
Yabako KONATE : sculpture
Maurizio MORETTI : structures et mécanismes
MATISSE WESSELS : scénographie
Yoann COTTET : structures et articulations
Sarah LETOUZEY : dessins et maquettes
Christophe EVETTE : mise en scène et coordination
Jean-Baptiste EVETTE : écriture
Laure LOUVAT : coordination
Raphaële TRUGNAN, Sévane SYBESMA, Yacouba SAWADOGO, Benoît AMELIN, Pascale OUDOT : jeu et mise en scène

Avec la participation à toutes les étapes de la création de :
Fatima KEBAILI, Madeleine PORNON, François CORBEAU, Agatha LE BRIS MARTINEZ, Ali Seidi DIARRA, Patrice SANOU, Anca MOROSON, Luisa LIBUILI, Ramata BARRY, Assitan TRAORE, Alfredo DIZON, Malika BENMANSOUR, Hicham TIKBARATINE, Khadija ALLOUACHE, Mina AKOUNAD, Sinbe DIAWARA, l’association ASEA, la Villa Mais d’Ici, l’association Frères Poussière et la Boutique de quartier Paul Bert.
Les photos exposées sont de Sophie MADIGAND, Hannah PATON, Studio Achromatik et les dessins sont de Sarah LETOUZEY et Bernard RASTOIN

Projet soutenu par la DRAC Ile de France et le CUCS d’Aubervilliers


Dessin Agata Le Bris Martinez
  • Fanny Mehus et Fleur Marie - Photo : Sophie Madigand
  • Emile, Bouzid, et Madeleine - Photo : Sophie Madigand
  • Bouzid, Benoit et Raphaelle - Photo : Sophie Madigand
  • Yamina, Fatima et Sevane - Photo : Sophie Madigand
  • Amaryllis et François - Photo : Sophie Madigand
  • Ali et Answer - Photo : Sophie Madigand
  • Bouzid - Dessin : Sarah Letouzey
  • Amaryllis - Dessin de Sarah Letouzey